Bienvenue
Une ambiance vive et enjouée, inspirée de la commedia dell'arte, pour un intermède napolitain drôle et cocasse. Avec des chanteurs et comédiens resplendissants dans leurs rôles d'espiègle ou de bourru, ces soirées s'annoncent comme des hymnes à la bonne humeur.

La Serva Padrona
(La Servante Maîtresse) Spectacle musical (durée 1h10)

Vendredi 19 novembre à 20h
Samedi 20 novembre à 20h
Dimanche 21 novembre à 18h

Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736)
La Serva Padrona
Intermezzo buffo
en deux parties

Mercedes Hernandez, Serpina
Markus Volpert, Uberto
Angelo Crotti, Vespone (rôle muet)

Orchestre baroque Swiss Consort
Direction musicale : Christophe Dorsaz

Mise en scène : Luca Franceschi
Scénographie : Vincent Krenz
Costumes : Olivier Falconnier

Ce spectacle reçoit le soutien de Giga+Print SA et de Léman Bleu


Comptant au XVIIIe siècle parmi les villes les plus peuplées d'Europe, Naples exerce un attrait immense sur les musiciens de toutes origines, qui viennent s'y former dans un domaine où elle rayonne : l'Opéra. C'est là que sont sélectionnés les meilleurs chanteurs qui règnent ensuite sur les scènes lyriques, de Londres à Dresde et de Vienne à Madrid. C'est là également que naissent les langages musicaux les plus innovateurs, qui conduiront à la naissance du «Style Galant» et influenceront de nombreux compositeurs d'opéra jusqu'à Mozart.

Lorsqu'en 1733 Pergolèse y compose la Serva Padrona, c'est pour agrémenter les entractes d'un opéra de style tragique. Durant ces pauses, il était coutumier de distraire le public par des bouffonneries musicales inspirées de la Commedia dell'Arte et dont l'intrigue s'ancre dans la vie quotidienne des Napolitains. Ironie du destin, l'opéra concerné tomba bien vite dans l'oubli alors que les deux intermèdes comiques connurent un succès fulgurant, provoquant notamment la célèbre «Querelle des Bouffons» qui enflamma le tout Paris de 1752 à 1754.

L'intrigue en est assez simple mais quelque peu subversive : une servante astucieuse et manipulatrice réussit à convaincre son maître de l'épouser. Qui, finalement, exercera le pouvoir ? L'homme ou la femme ? Le bourgeois ou le menu peuple ?

Pour mieux faire revivre cette atmosphère populaire et restituer l'ambiance qui entourait ces bouffonneries scéniques, les Baroqueries ont fait appel à un metteur en scène formé dans la tradition de la Commedia dell'Arte, capable de lui rendre tout son mordant et sa vivacité.


MàJ le 29 septembre 2004
© 2004 baroqueries.ch, tous droits réservés
Design par FlyingPixel & DVDesign